Musée Sursock

Beyrouth Liban 2015
Wilmotte & Associés - Musée Sursock

Fiche technique

Maître d’ouvrage : Musée Nicolas Ibrahim Sursock

Équipe de maîtrise d’œuvre :
Architecte de conception et muséographie : WILMOTTE & ASSOCIÉS
Architecte local associé : Jacques ABOUKHALED
Entreprise générale : BETABAT

Superficie : 8 500 m² (existant : 1 500 m² / nouveaux espaces : 7 000 m²)

Calendrier :
Chantier : 2008-2015
Inauguration : 08 octobre 2015

Programme :
Rénovation, extension et aménagement du Musée Sursock à Beyrouth qui passe ainsi de 1 500 m² à 8 500 m².

Description

Le quartier élégant et bourgeois d’Achrafieh à Beyrouth présentait, il y a quelques années encore, de nombreuses villas et hôtels particuliers des XVIIIe et XIXe siècles. Erigé en 1912, le Musée Sursock et son architecture néo-mauresque sont aujourd’hui l’un des rares témoignages attestant de cet âge révolu.Il a été légué à la ville de Beyrouth en 1951 par Nicolas Ibrahim Sursock pour en faire un musée d'art.

Remis aux normes et réhabilité dans le respect de la tradition, le musée Nicolas Sursock fait peau neuve. Les travaux de rénovation, d'extension et d'aménagement muséographique, retardés par la guerre de 2006 entre le Liban et Israël, sont aujourd’hui terminés.

Ce projet s’est développé selon trois axes principaux : aménagement des bâtiments existants, construction de nouveaux espaces en sous-sol et aménagement des jardins.

Dès les premiers coups de crayon, au début des années 2000, cet impératif de discrétion relevait de l’évidence ; rien ne devait paraître, dans le jardin, des futures interventions. Il en allait donc, avant tout, d’une architecture souterraine.

Espaces, matériaux et couleurs servent une architecture enfouie. L’enjeu était de laisser croire au visiteur que jamais il ne se trouve sous terre. Les volumes imaginés sont donc particulièrement conséquents et la salle d’exposition temporaire présente une hauteur sous-plafond de 7 mètres. Pour parfaire l’impression, un éclairage naturel zénithal a été pensé. S’il était impossible d’en profiter, des leds permettent de créer la sensation du jour et de sa clarté. Des cheminements ont également été conçus pour empêcher tout un chacun de se représenter cette profonde descente ; le parcours se déroule selon des demi-niveaux où, à chaque fois, paraissent quelques compositions artistiques. La mise en oeuvre d’une pierre venue d’Egypte, couleur sable, a défini une palette de matériaux dont les teintes allant des blancs aux beiges participent de cet effet.

Le plan du jardin a été réaxé sur l’entrée du bâtiment. Un alignement d’arbres interrompu par des allées rétablit la symétrie et abrite en partie un bâtiment contemporain en béton, métal et verre qui accueille la librairie, le café et le monte-voitures. Devant le musée, l’esplanade s’organise autour d’une allée centrale bordée par six puits de lumière. Ce jardin minéral en dalle de pierre accueille des sculptures tout au long de l’année.

Ce 8 octobre 2015, le Musée Sursock inaugure ses nouveaux atours avec une rétrospective picturale « Regards sur Beyrouth : 160 ans d’images ».

 

 

Galeries d'images

A télécharger